retourner sur l'index du forum
Fly to Heaven
Go to Hell



 

Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.Partagez | .
 

 hydttttttgtrhyryh


Lucresha J. Nightingale
Admin
avatar
▌Messages : 168
▌Date d'inscription : 31/10/2011

Sujet posté le Dim 15 Avr - 18:54
Staff - Contexte - PVs - Topsites - Partenaires - (Video) - News - Crédits - Navigation - Météo -

Image and video hosting by TinyPic
Aendrik

Van der

Vaart




❝ Teddy Wolf... ❞


PV écrit par Tess E. Littleton

Bon niveau demandé ★ ★

Avatar négociable
matthew gray gubler © cloudofsteam.tumblr

Je m'appelle Aendrik Denys Van der Vaart, mais on m'appelle simplement Aendrik. J'ai 34 ans, j'en parais autant. Je suis né en 1995 à Amsterdam et je suis aujourd'hui néerlandais. Je suis un sorcier et je suis Ancien au Talamasca.

Déconnecté Désintéressé Mal Coiffé Surprenant Excentrique Joueur Enjoué Travailleur A un humour douteux Bavard Hautain Passionné


Histoire
Son nom à rallonge, cet historien loufoque aux allures d'informaticien le doit à ses origines. Riche héritier des Pays-Bas, il naquit dans une famille raffinée et respectée, avec, tenez-vous bien : le gêne sorcier. La famille Van der Vaart est une des seules à avoir toujours su concilier magie et mondanité. Ses représentants manient uniquement la magie blanche, si on omet quelques écarts par le passé, et sont notamment connus pour avoir autrefois financé le Talamasca de la ville. Apprenant les bonnes manières au même titre que l'art des sorts et des potions, le jeune Aedrik fut donc élevé dans la grandeur et l'opulence avant d'entamer une carrière d'historien. A ses 24 ans, il intégra l'Ordre du Talamasca et rejoignit la Maison Mère d'Amsterdam pour effectuer son noviciat. Passionné par son travail, il fut rapidement reconnu pour ses talents, mais également soupçonné d'être l'objet d'un certain favoritisme de la part de ses supérieurs... Aurais-je oublié de préciser que le grand-père du jeune homme n'est autre que le Secrétaire Général de la Maison Mère d'Amsterdam ? ... Quoi qu'il en soit, Aendrik vient de déménager pour l'Amérique, et plus spécifiquement, La-Nouvelle-Orléans. Et il compte bien y faire ses preuves sans compter le moins du monde sur l'appui de son ancêtre !
Relations

Connor O'Brian
ft. Ioan Gruffudd

L'adolescente était heureuse de rencontrer son père, jusqu’à qu’elle le voit pour la première fois. Au début, elle avait un peu peur de cet homme qui hurlait souvent et qui levait parfois la main sur les autres, mais au fil des jours, Dhanya s’est montrée moins méfiante et l’a un jour gratifié d’un sourire. Depuis ce temps, la jeune fille n’a plus peur de lui, car elle sait qu’il ne leur fera jamais de mal à sa mère et elle. Connaissant la hiérarchie lupine mais n'en comprenant pas ses subtilités, Dhanya, en fille du couple dominant, se sert de cette position pour agir comme une princesse. Du moins, tant que papa est derrière pour la surveiller. Peut-être cherche-t-elle simplement à se faire accepter auprès de cet homme, à lui montrer qu'au fond, ils se ressemblent.

Alisha N. Gadhavi
ft. Freida Pinto

Pour Dhanya, sa mère est un modèle et personne ne pourra jamais la remplacer. Alisha l’a toujours couvée de cet amour dont elle a besoin pour s’épanouir et lui a même offert une nouvelle vie avec les siens. Sa fille lui rend donc volontiers cette affection en la faisant sourire lorsqu’elle semble triste et en la câlinant dès qu'elle en a l'occasion. Parce qu’elle l’aime, Dhanya se permet parfois de jouer la gardienne avec elle. En effet, si quelqu’un est méchant avec sa mère, elle n’hésitera pas à le lui reprocher malgré, et qui oserez se mettre à dos la colère d'une adolescente de seize ans ? On ne touche pas à sa mère, et il n'y a qu'elle qui peut lui crier dessus !

Arya Sander
ft. Abbie Cormich

Dhanya n'avait pas vraiment prévu que la vie à Saint-Louis l'obligerait à dire adieu à son collège et à ses petits camarades. Aussi s'est-elle vue attribuer des précepteurs qui la voyaient d'abord dans l'appartement de sa mère, puis désormais dans la maison de son père, devenue l'antre familiale des Gadhavi/O'Brien. Arya et Dhanya se plusieurs fois en semaine, et la volonté, l'imagination et la ruse de l'enfant ne cessent d'émerveiller l'institutrice. Elle aime travailler avec son unique enseignant de la Meute, même s'il arrive à Dhanya d'être un peu trop capricieuse et de se croire tout permis parce qu'elle est la fille de l'Ulfric. Heureusement, Arya sait gérer ces moments là et apprend à l'adolescente à ne pas devenir une enfant gâtée chouineuse et capricieuse.

Harlan Dereham
ft. Tobias Sorensen

Homme de confiance de l'Ulfric depuis longtemps, il a l'habitude de se charger de la protection de ce dernier ou de ses proches. Mais il n'avait jusqu'alors jamais eu affaire à une gamine de 16 ans. Suivant les ordres sans jamais discuter, comme toujours, le loup ne dit rien et accepta la mission, fidèle à Connor jusqu’au bout. Mais il ne s’était pas attendu à tomber sur une adolescente tel que Dhanya. Parfaitement au courant de ce qu’il se murmure sur son protecteur, la jeune fille décide de s’en amuser, plutôt que d’en avoir peur. Décidée à découvrir la vérité sur son compte, elle lui pose mille et une questions, à lesquelles elle n’obtient pratiquement aucune réponse. Mais elle ne renonce pas, tentant de percer la carapace et l’air impassible de Harlan, usant et abusant de son côté enfantin et attendrissant. Et il est fort probable qu’elle y arrive, une étrange complicité s’installant entre les deux. Parfois, elle arrive à lui décrocher un sourire fugace, ou même quelques paroles agréables, mais jamais en public. Et avant que le loup n’admette que surveiller une adolescente n’est pas si insupportable que cela, cela risque de prendre du temps.


♦ You've Got to Fly ♦


It's written in the wind ♦️ « Did we jump the gun, Cos you've come undone ; And I know you'll need more than a friend. You're going underground... Well, it's not allowed. Now I suppose that I'll be back again. Take you back again... You've got to fly, high, right . It's written in the wind... »